C'est avec tristesse que je viens poster ce message ce matin :

Matthew_1

" L'amour ne disparaît jamais !

Je suis seulement passé dans la pièce à côté.
Je suis moi, tu es toi.
Ce que nous étions l'un pour l'autre, nous le sommes toujours.
Donne-moi le nom que tu m'as toujours donné.
Parle-moi comme tu l'as toujours fait.
N'emploie pas un ton différent.
Ne prends pas un air solennel ou triste.
Continue à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.
Prie, souris, pense à moi, prie pour moi.
Que mon nom soit prononcé à la maison comme il l'a toujours été, sans emphase d'aucune sorte, sans une trace d'ombre.
La vie signifie tout ce qu'elle a toujours signifié.
Elle est ce qu'elle a toujours été.
Le fil n'est pas coupé.
Pourquoi serais-je hors de ta pensée, simplement parce que je suis hors de ta vue ?
Je t'attends, je ne suis pas loin, juste de l'autre coté du chemin.
Tu vois, tout est bien. "

Henry Scott-Holland.

***

Depuis l'annonce de la maladie de Matthew, seulement 10 mois se sont écoulés (ici, ici, et )

...

Dix mois.

...

Seulement.

...

Une vie ne sera jamais assez longue pour dire au revoir à son enfant

...

Toutes mes pensées vont vers ma collègue M. et son fils trop tôt parti...

♥♥♥